Pourquoi faut-il mieux être un propriétaire en difficulté plutôt qu’un locataire en difficulté ?

Les coups dans la vie, ça arrive. Il y a des hauts et des bas. Mais il est plus simple d’être un propriétaire en difficulté plutôt qu’un locataire en difficulté. C’est contraire aux idées reçu, mais tu vas comprendre, c’est très simple.

La situation du locataire en difficulté

Un locataire en difficulté ne peut malheureusement pas faire grand-chose. En effet, en cas de coup dur si ta voiture tombe en panne, par exemple, ton loyer sera toujours le même. Et si tu n’as pas d’épargne de précaution, ta situation devient tout de suite très délicate. De la petite galère au la procédure d’expulsion, la situation peut être très grave.

La situation du propriétaire en difficulté

Pour le propriétaire, c’est différent. Grâce aux clauses de prêt immobilier, un propriétaire en difficulté peut suivant les banques :

  • baisser ses mensualités pendant toute la durée du prêt
  • suspendre temporairement les mensualités en ne payant que les intérêts

C’est comme si votre loyer baissait ! Quel confort ! Attention cependant à bien utiliser ces clauses pour des besoins urgents, et pas seulement pour partir en vacance par exemple. Attention aussi, car le nombre d’activations de clauses est limité. Active-les si vraiment il y a une bonne raison de le faire.

Et puis, si la situation n’est vraiment pas soutenable, une vente de ta résidence principale est possible, te laissant le capital que tu auras constitué au fur et à mesure que tu auras remboursé ton prêt.

En conclusion

En conclusion, je dois commencer par m’excuser sur cet article provocateur. Il y a des personnes en grande difficulté qui ne peuvent pas acheter et qui ne le pourront malheureusement jamais. Je m’excuse auprès d’eux.

Mon but est d’inciter les personnes qui pensent que l’achat de sa résidence principale est un risque, parce qu’elle t’engagesur une durée de 20 à 25 ans. Ces personnes qui peuvent le faire, mais qui ne le font pas. Mais tu sais quoi ? Je vais t’apprendre un truc tout bête, si on part du principe que tu payes un loyer de 20 à 85 ans, celui-ci t’engage pendant 65 ans.Bien plus qu’un crédit immobilier sur 25 ans. De plus, tu capitalises d’un côté, et tu enrichis un propriétaire de l’autre. Choisis ton camp !

Partage l'article avec tes amis !

(2 commentaires)

  1. Le risque est intéressant.
    Mais il faut quand même avoir une situation permettant de rembourser le prêt.
    J’ai été agent immobilier et j’ai vu une bonne paire de maisons saisie par la justice…
    Et les gens se retrouvant endettés jusqu’au cou, retournant vivre chez leurs parents à 45 ans !
    Il y a un calcule à faire 🙂
    Merci pour cet artice !

  2. Merci pour cet article! Je trouve que la comparaison de s’engager pendant 65 ans avec un loyer et 25 ans avec un remboursement de prêt est très explicite et donne à réfléchir.

Laisser un commentaire