Le PER (Plan d’Épargne Retraite) : le meilleur placement sur le long terme

Partager l'article

Le PER (Plan d’Épargne Retraite) est un placement qui permet de défiscaliser tout en préparant sa retraite. En effet, vos versements sont défiscalisés de votre revenu imposable, et le temps, comme souvent, vous permet de capitaliser dans votre enveloppe. Une fois la retraite arrivée, vous bénéficiez d’une rente à vie. Seul hic, vos fonds, à quelques exceptions près, sont bloqués jusqu’à votre retraite. Mais ça vaut le coup !

La phase d’épargne du PER

Comment épargner ?

Le Plan d’Épargne Retraite permet de réunir 3 sources de versements sur un même contrat :

  1. Vos versements volontaires
  2. L’épargne salariale
  3. Les cotisations obligatoires de l’employeur ou du salarié (Article 83)

Quels sont les supports d’épargnes du PER ?

Il existe un grand nombre de supports éligible. Avant d’ouvrir un PER, regarder bien si les supports proposés correspondent à votre profil de risque. Un banquassureur pourra imposer également un investissement minimum dans les unités de compte.

  • Le fond euros
  • Les unités de compte
    • ETF et fonds en actions
    • ETF ou fonds en obligations
    • SCPI

Certains contrats, un peu comme l’Assurance Vie, vous proposent un gestion automatisée en fonction de votre profil de risque

Les conditions de retrait du PER

Comme je l’ai dit dans l’introduction, il est possible d’anticiper le retrait en capital sous certaines conditions. Il existe 6 cas pour récupérer son capital :

  • L’achat de la maison principale. Dans ce cas, vous récupérez seulement les versements volontaires, mais pas les intérêts. C’est le seul cas « positif » pour retirer de l’argent de son PER avant le départ à la retraite. Je ne vous souhaite pas de devoir utiliser les autres ci-dessous.
  • Décès du conjoint ou partenaire lié au PACS
  • Invalidité du titulaire, de ses enfants, de son conjoint ou de son partenaire de pacs
  • Surendettement
  • Expiration des droits à l’assurance chômage
  • Cessation d’activité non salariée (liquidation)

En cas de décès, que se passe-t-il pour mon PER ?

En cas de décès pendant la phase d’épargne, les droits seront versés aux bénéficiaires qui auront le choix entre deux solutions :

  • Un capital unique
  • Une rente

La phase de retraite du PER

Arrivé à l’âge de la retraite, vous avez plusieurs choix pour récupérer votre argent :

  1. Toucher un capital
  2. En rente viagère individuelle
  3. En rente viagère réversible : si vous mourrez, le bénéficiaire désigné continuera de toucher la rente.

Les plafonds de versement

Vous vous doutez bien qu’une si belle enveloppe d’épargne à des limites !

  • Le versements du PER sont limités à 10% de vos revenus avec
    • Un plancher de 10% du PASS, soit 4052,4 pour les versements de 2020
    • Un plafond de 10% de 8 PASS

Conclusion

En conclusion, il s’agit d’une excellente enveloppe. Elle vous permet de différer votre imposition. De nombreux blogs expliquent qu’il y a plus d’intérêts en fin de carrière avec l’argument suivant :

Pourquoi défiscaliser quand on est jeune à 11% pour récupérer un capital imposé à la flat taxe à 30% ?

Je ne suis pas du tout d’accord avec ce raisonnement.

Premier point, défiscaliser, c’est toujours ça de pris. D’autre part, les 11% économiser lorsqu’on est jeune vont capitaliser pendant 40 ans, est vous serez largement gagnant.

Effectivement, si on économise 11% d’impôt sur 100 euros gagnés, on place 11 euros qu’on aurait dû payer.

On sait que la bourse rapporte environ 6% par an sur la durée. Au bout de 40 ans, ces 11 euros placés seront devenus 113 euros.

Oui, c’est une erreur de comparer les taux d’imposition pour savoir si ça vaut le coup d’économiser. Il ne faut jamais négliger le facteur temps.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code